Menu principal

Chronique architecture et patrimoine
par Guylaine Hudon le 2019-04-11

La maison à mansarde

Dans les dernières chroniques, on a suivi l’évolution de la maison française vers la maison canadienne. Le fil conducteur de cette série était l’amélioration des défauts de la maison française vis-à-vis du climat et de la construction. Ce mois-ci, on s’intéresse à la maison à mansarde, qui est en quelque sorte une amélioration de la maison canadienne traditionnelle.

La maison canadienne a un défaut peu commode. Le comble étant maintenant habité, la pente du toit occasionne une perte d’espace et d’occupation du plancher. Pour remédier à ce problème, les habitants ont commencé à intégrer la mansarde dans les toits vers la fin du 19siècle. Ce type de toit a été inventé en France au 17siècle et est devenu très populaire au milieu du 19e. Cette mode est arrivée au Québec via les États-Unis.

La mansarde est en quelque sorte un toit à pente brisée. La partie supérieure a une pente faible (moins de 45 degrés) et la partie inférieure a une pente quasi verticale. Cette partie de la toiture ajoute beaucoup d’espace dans le comble. Le bas de la mansarde est recourbé pour former un larmier. La partie inférieure est percée de lucarnes réparties symétriquement. Le toit comporte deux versants comme la maison canadienne, mais certains spécimens comportent quatre versants, soit une mansarde faisant le tour de la maison. La couverture est souvent faite de tôle à baguettes ou canadienne.


Le restaurant La Salicorne est logé dans une maison avec une toiture à mansarde. Photo : Tristan Morin.


Dans ce modèle de maison, l’ornementation commence à se multiplier. Les maisons originales des styles canadien et français sont peu ornementées, car elles devaient avant tout répondre à un besoin. Les habitants devaient travailler pour se nourrir et se chauffer l’hiver, donc l’ornementation passait en dernier. Dans la maison à mansarde, on travaille les larmiers, les cadres de fenêtres et de portes, les lucarnes et les galeries pour qu’elles contribuent à l’esthétique de la maison.

À L’Islet, la maison à mansarde est bien représentée, surtout dans le village de L’Islet-sur-Mer et à Saint-Eugène. Le Musée maritime du Québec aborde notamment une toiture de ce type.

Le mois prochain, on reste à la même époque en découvrant l’influence anglaise sur la construction des maisons.



Tristan Morin





Espace publicitaire